jeudi 12 juillet 2018

Saturne et Cybèle


La façade de la Halle aux grains, donnant sur la place de la Mairie, à Aix,  est ornée d'un fronton allégorique, signifiant la prospérité de l'agriculture par  l'alliance des deux fleuves arrosant les Bouches-du-Rhône,  la Durance en la personne de Cybèle, déesse de la fécondité et le Rhône, sous les traits de Saturne, dieu de l'agriculture.  La jambe de Cybèle placée dans le vide, évoquerait, selon ce que je me rappelle avoir entendu, les débordements fréquents de la Durance en période de crue, avant la réalisation du Canal de Provence. 
La sculpture baroque a été imaginée par Jean-Pancrace Chastel, sculpteur originaire d'Avignon et taillée dans la pierre de Calissanne (carrières se trouvant sur la bordure nord de l'étang de Berre), entre 1763 et 1765.  Comme son nom l'indique, la Halle aux grains était un marché permettant aux céréaliers de stocker et de vendre leur grain. L'allégorie souligne cette fonction en présentant des gerbes de blé, une corne d'abondance déversant des fruits.  Plus inattendue dans le paysage local, la présence d'une lionne, mais elle est un des attributs de la divinité Cybèle, également considérée  dans la mythologie phrygienne, comme la grande mère des dieux et comme le symbole de la force sauvage de la nature. Allongé à sa droite, Saturne ne fait pas le malin, accoudé à une amphore déversant de l'eau, il attend son heure.



mercredi 11 juillet 2018

"Résurrection", Lionel GABEL (soundcloud)



"Résurrection", Lionel GABEL sur soundcloud




Lionel Gabel est un artiste, peintre et musicien, diplômé des Beaux-Arts de Paris, il vit et travaille sur la Côte-d'Azur.  

"Old man", Lionel GABEL (soundcloud)


"Old man", Lionel GABEL  (juillet 2018)

https://soundcloud.com/lionel-gabel/old-man

"Angel", Lionel GABEL (soundcloud)


"Angel", Lionel GABEL sur soundcloud, à la batterie, Carole

lundi 9 juillet 2018

Particules complémentaires, galerie-atelier, Hyères

"Particules complémentaires, expressions contemporaines" est une galerie-atelier que l'on trouve dans les petites rues du centre du vieux Hyères, au 5 rue de la République.  Trois amis artistes, Christine HEITZLER, Sandra MAURO et Hubert MILLET en ont fait depuis un an, une vitrine et un lieu de création, que j'ai découvert il y a une quinzaine de jours à l'occasion du Parcours des arts,  pour les derniers jours de l'expo DEBORDEMENT.  



Deux peintres et un sculpteur qui par amitié partagent le même espace, ils ont, pour ce thème, mis en évidence les liens qui ne manquent pas d'apparaître entre les oeuvres créées dans la proximité l'une de l'autre.  Le terme débordement contient l'idée de flux qui s'échappe, dépasse les limites d'un contenant pour se répandre au-delà.  Ainsi, dans l'utilisation de l'espace de la galerie, pour l'accrochage, ils ont fait jouer les domaines propres à chacun et les espaces qui se croisent, exploration dynamique des progressions colorées, reflets, déviations, superpositions ... dialogue des oeuvres.


Un espace jaune délimite un rectangle, c'est la couleur posée par Sandra Mauro à même le mur, sur laquelle Christine Heitzler a superposé des calques griffés de traits anthracite rehaussés de blanc, évoquant des silhouettes féminines aux lignes ouvertes et dynamiques. Repoussées hors du cadre, décalées donc, les masses de papiers chaudement colorées, découpées et assemblées comme des pétales de fleurs gigantesques.  Au sol, Hubert Millet a sculpté un coussin d'acier aux formes rebondies et mollement creusées par le poids d'un corps absent, il absorbe et renvoie les couleurs environnantes, éclatées sur les plis, rappelant le graphisme des silhouettes féminines sur calque de Christine Heitzler. Sa forme carrée, reprend en la déformant, le rectangle jaune peint sur le mur et l'oeil circule de l'un à l'autre.

Sandra Mauro dans l'atelier

A l'arrière de la "Vitrine", l'espace atelier.  Sandra Mauro travaille ses fonds à l'acrylique dans un geste expressionniste, matières fluides qui coulent, impriment une verticalité à la surface, avant que les masses de matière, plus denses, plus opaques n'apportent du corps et tiennent ensemble  ces gigantesques bouquets de couleurs.  Composés de jaunes, de rouges, de bleus les accords colorés sont  audacieux et,  pour être des couleurs dites primaires, ils n'en sont pas moins capables de déclinaisons subtiles. 



Christine Heitzler travaille l'huile au pinceau, traits amples, répétés,  tricotés comme des brindilles dans un nid, par ici,  foisonnants, déliés ou glissés par là. La transparence des couleurs et l'espacement des lignes procurent cette sensation de  légèreté aérée aux compositions où un souffle circule. Mouvement continu des nuages  se recomposant à l'infini dans le ciel,  vagues qui vont et viennent étirant sur le sable leur langue d'écume, et toujours recommencent.   Les caches et les pochoirs dessinent des formes aux contours nets, géométriques, percutantes. Le travail dans le temps permet des superpositions, couche après couche. Recouvrir,  superposer, masquer, souligner, laisser apparaître, entre les couleurs et le trait noir comme de l'encre la main inscrit un dialogue qui raconte parfois  un corps de femme.


Christine Heitzler  et Fernando Galvez



Hubert Millet travaille le métal, inox poli comme un miroir, découpe de formes géométriques simples le carré, le cylindre, volume gonflé d'air, tout en courbes et plis mous, sensuels, on sent, dans les volumes en creux,  la présence  d'un corps qui viendrait de s'absenter.  De la douceur dans ces pièces posées à même le sol,  de la fluidité.  L'une semble légère comme de l'air et l'autre fluide comme un filet d'eau.   L'effet de miroir est, comme il se doit, troublant, puisqu'il capture l'image et la renvoie déformée, vertige de l'oeil.

 

Si l'exposition Débordement est à présent terminée, une autre vient d'être inaugurée, sur le thème de l'ailleurs (voir l'invitation ci-dessous):  AILLEURS EXACTEMENT, avec les mêmes artistes, à voir tout l'été.

Parcours complémentaires,Christine HEITZLER, Sandra MAURO et Hubert MILLET
 Expressions contemporaines
5 rue de la République
Hyères-les-Palmiers

06 04 51 00 84    et   sur facebook pclavitrine

En juillet et août, ouvert du lundi au vendredi de 17 heures à 20 heures (fermé le mardi), le samedi de 11 heures à 13 heures et de 17 heures à 20 heures

"Ailleurs exactement",  thème de l'expo de l'été 2018

Pour compléter la découverte de ces trois artistes, il faut lire l'article paru dans le magazine Cité des Arts, de Hyères :  http://www.citedesarts.net/communication-detail/sandra-mauro-christine-heitzler-hubert-millet-d-electrons-libres-a-particules-complementaires./particulesart.htm

samedi 7 juillet 2018

"Two hands one mouth", Sparks


"Two hands one mouth", Sparks, 2012

Two hands, one mouth
That's all I need
That's all I need, to satisfy you
[...]

"Day of the dog", Ezra Furman


"Day of the dog", Ezra Furman, album The day of the dog, 2013

From the burns on the street
To the prisoners inside
From the losers cast out
To the runaway child
And the wandering slave
Through the wilderness fog
They're all lying in wait
For the day of the dog
[...]


"Tranquility base hotel & casino", Arctic Monkeys


"Tranquility base hotel & casino", Arctic Monkeys,  album Tranquility base, hotel & casino, 2018


"The age of the understatement", The last shadow puppets


The last shadow puppets, 'The age of the understatement", album  The last shadow puppets, sorti en 2008

Decided
To sneak off away
From your stomach
And try your pulse
And captured
What seemed all
Unknowing and candid
But they suspected
It was false
[...]

vendredi 6 juillet 2018

Un goupil dans la ville


Il n'est pas si rare de croiser sa fine silhouette, en ville. Discrètement, il rôde dans des emplacements choisis avec talent, comme ici à l'arrière du palais de l'Archevêché, il participe à composer un paysage couleur de sable.

dimanche 17 juin 2018

dimanche 10 juin 2018

lundi 4 juin 2018

TINALS 2018 (This is not a love song) - Paloma (Nîmes)

Petit aperçu (en photos) de la soirée du vendredi 1er juin, à l'occasion du festival de rock indé TINALS ( This is not a love song) préparé par la salle  Paloma à Nîmes.  Une merveille de programmation ! voir l'article de Télérama en lieu de présentation : 

Pas pu assister aux trois jours, des regrets et des choix à faire, donc,  parmi les groupes présentés mais bien heureuse de la première soirée. Mon choix : Peter Perrett, Sparks et The Jesus and Mary Chain, pour les principaux... Après, les oreilles qui traînent pendant  les "entre-deux" autour des autres scènes: Mummy's Gone, Dygl, Flat Worms, Beck ...


de la musique jusqu'au bout de la nuit ...


Peter Perrett, TINALS (This is not a love song) 01/06/2018

19h30 - 20h30
Peter Perrett et sa famille de musiciens.  Sur scène avec ses deux fils, Junior Perrett (basse) et Jamie Perrett (guitare).  Exactement excellent ! Merci, merci, merci pour ce grand moment...


Dernier album de Peter Perrett, How the west was won, 2017 (Domino Records)












"Troika", Peter Perrett


"Troika", Peter Perrett, How the West was won, 2017

Right from the very start, when you captured my heart
I knew 'till the end of time we'd never part
Then you started goin' out with every girl in town
I used to hate your friends for tellin' me I was fool to hang around
'Cause I need your love

"Living in my head", Peter Perrett


"Living in my head", Peter Perret, How the West was won, 2017

Sitting in my cell, I'm not alone
You're here with me
it's like bein' home



"How the west was won", Peter Perrett


"How the west was won", Peter Perrett, How the west was won, 2017

If I ever get really depressed
I'll download Tor, buy a suicide vest
Gatecrash a Rothschild party and leave it in a mess
In a mess
A dirty mess

It started out to beacon of hope
But the dream of living quicly turned into a joke
The Indians and Mexicans were the first to feel the rope
The blade, the Gatlin' wagon trains came rattlin', murdered Buffalo, Block cattle in storm clouds were gatherin'
It's how the west was won




Sparks, TINALS (This is not a love song), 01/06/2018

, 21h30 - 22h30

Dans la graaande salle Russel Mael pétille sur scène pendant que Ron Mael, raide comme un cierge, enfonce les touches de son clavier. Sparks, groupe californien, de Los Angeles,  sur scène depuis 1968 ...   Ils étaient incontournables !  Quelle chance d'être là.



Dernier album Hippopotamus  2017


















Merci à mon amie Mu. (qui se reconnaîtra) pour sa contribution active et sa rock attitude !

Plus d'info sur les Sparks

"Singing in the shower tonight", Rita Mitsouko & Sparks



"Singing in the shower tonight", Rita Mitsouko &  Sparks,  sur l'album Marc et Robert  de Rita Mitsouko, artistes invités,  Sparks, 1988

It was only a lover's game
Now we're trapped in the world of our dreams
All the same as the evening rain
All the same as the sound of the sea


"Edith Piaf", Sparks


"Edith Piaf" (said it better than me),  Sparks (Ron et Russel Mael), Album Hippopotamus, 2017

Film d'animation et  marionnettes : Joseph Wallace, Roos Mattaar, Aiden Whittam

Edith Piaf said it better than me
"Je ne regrette rien"
Pretty song but not intended for me
Time to put some muzak on


"what the hell is it this time", Sparks


"what the hell is it this time",  Sparks, Album Hippopotamus, 2017

"I wish you were fun", Sparks


"I wish you were fun",  Sparks, album Hippopotamus, 2017

"The Rhythm thief", Sparks



"The rhythm  thief", Sparks, Album Lil'Beethoven, 2002

The Jesus and Mary Chain, TINALS (This is not a love song) festival 01/06/2018

00h30 à 01h30
Scène Flamingo
The Jesus and Mary Chain, pour leur dernier album, Damage and Joy, sorti en 2017.  Groupe écossais formé en 1984, par les frères Jim et William Reid.  Le son était énorme !


The Jesus and Mary Chain, Damage an Joy, 2017  (Artificial Plastic Records)