dimanche 17 juin 2018

dimanche 10 juin 2018

lundi 4 juin 2018

TINALS 2018 (This is not a love song) - Paloma (Nîmes)

Petit aperçu (en photos) de la soirée du vendredi 1er juin, à l'occasion du festival de rock indé TINALS ( This is not a love song) préparé par la salle  Paloma à Nîmes.  Une merveille de programmation ! voir l'article de Télérama en lieu de présentation : 

Pas pu assister aux trois jours, des regrets et des choix à faire, donc,  parmi les groupes présentés mais bien heureuse de la première soirée. Mon choix : Peter Perrett, Sparks et The Jesus and Mary Chain, pour les principaux... Après, les oreilles qui traînent pendant  les "entre-deux" autour des autres scènes: Mummy's Gone, Dygl, Flat Worms, Beck ...


de la musique jusqu'au bout de la nuit ...


Peter Perrett, TINALS (This is not a love song) 01/06/2018

19h30 - 20h30
Peter Perrett et sa famille de musiciens.  Sur scène avec ses deux fils, Junior Perrett (basse) et Jamie Perrett (guitare).  Exactement excellent ! Merci, merci, merci pour ce grand moment...


Dernier album de Peter Perrett, How the west was won, 2017 (Domino Records)












"Troika", Peter Perrett


"Troika", Peter Perrett, How the West was won, 2017

Right from the very start, when you captured my heart
I knew 'till the end of time we'd never part
Then you started goin' out with every girl in town
I used to hate your friends for tellin' me I was fool to hang around
'Cause I need your love

"Living in my head", Peter Perrett


"Living in my head", Peter Perret, How the West was won, 2017

Sitting in my cell, I'm not alone
You're here with me
it's like bein' home



"How the west was won", Peter Perrett


"How the west was won", Peter Perrett, How the west was won, 2017

If I ever get really depressed
I'll download Tor, buy a suicide vest
Gatecrash a Rothschild party and leave it in a mess
In a mess
A dirty mess

It started out to beacon of hope
But the dream of living quicly turned into a joke
The Indians and Mexicans were the first to feel the rope
The blade, the Gatlin' wagon trains came rattlin', murdered Buffalo, Block cattle in storm clouds were gatherin'
It's how the west was won




Sparks, TINALS (This is not a love song), 01/06/2018

, 21h30 - 22h30

Dans la graaande salle Russel Mael pétille sur scène pendant que Ron Mael, raide comme un cierge, enfonce les touches de son clavier. Sparks, groupe californien, de Los Angeles,  sur scène depuis 1968 ...   Ils étaient incontournables !  Quelle chance d'être là.



Dernier album Hippopotamus  2017


















Merci à mon amie Mu. (qui se reconnaîtra) pour sa contribution active et sa rock attitude !

Plus d'info sur les Sparks

"Singing in the shower tonight", Rita Mitsouko & Sparks



"Singing in the shower tonight", Rita Mitsouko &  Sparks,  sur l'album Marc et Robert  de Rita Mitsouko, artistes invités,  Sparks, 1988

It was only a lover's game
Now we're trapped in the world of our dreams
All the same as the evening rain
All the same as the sound of the sea


"Edith Piaf", Sparks


"Edith Piaf" (said it better than me),  Sparks (Ron et Russel Mael), Album Hippopotamus, 2017

Film d'animation et  marionnettes : Joseph Wallace, Roos Mattaar, Aiden Whittam

Edith Piaf said it better than me
"Je ne regrette rien"
Pretty song but not intended for me
Time to put some muzak on


"what the hell is it this time", Sparks


"what the hell is it this time",  Sparks, Album Hippopotamus, 2017

"I wish you were fun", Sparks


"I wish you were fun",  Sparks, album Hippopotamus, 2017

"The Rhythm thief", Sparks



"The rhythm  thief", Sparks, Album Lil'Beethoven, 2002

The Jesus and Mary Chain, TINALS (This is not a love song) festival 01/06/2018

00h30 à 01h30
Scène Flamingo
The Jesus and Mary Chain, pour leur dernier album, Damage and Joy, sorti en 2017.  Groupe écossais formé en 1984, par les frères Jim et William Reid.  Le son était énorme !


The Jesus and Mary Chain, Damage an Joy, 2017  (Artificial Plastic Records)









"Always Sad", The Jesus and Mary Chain




"Always Sad", The Jesus and Mary Chain, Damage and Joy, 2017

You ain't like those other girls
There's nothing like you in this world
You got something more than curls
You ain't like those other girls



"Blues from a gun", The Jesus and Mary Chain


"Blues from a gun", The Jesus and Mary Chain, Automatic, 1989

I don't care about the state or my hair
I got something out of nothing
That just wasn't there
And your Kiss Kiss Kiss...

"Darklands", The Jesus and Mary Chain


"Darklands", The Jesus and Mary Chain, Darklands, 1987

I am going to the darkland
To talk in rhyme
With my Chaotic soul

lundi 28 mai 2018

Clément ROSSET, sur la situation tragique de la condition humaine

Lors d'un entretien avec Pierre DUMAYET , en 1961


Clément ROSSET, Philosophe, 1939-2018

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cl%C3%A9ment_Rosset
Clément Rosset a une chaîne sur youtube

vendredi 25 mai 2018

"Housewife", DAAN


"Housewife", Daan, album Simple, 2010. Instrumental

J'aime bien le film associé à cette musique, on se situe quelque part entre çà


"La Fille", de Christophe Blain, dont il existe une version musicale de Barbara Carlotti (avec les voix d'Arthur H. et Blutch), (2013)


et ça :
Supermarket shopper,  Duane Hanson, 1970



"Icon", DAAN



"Icon", Daan, album Manhay, 2009

If you try to be an icon
Then the icon becomes you
If you try to be a model
It'll catwalk over you
If you try to walk straight shoes
Then these shoes will bend you too
if you try to be a kid again
The kid will kidnap you [...]

plus de texte ici: https://genius.com/Daan-icon-lyrics

A propos de l'artiste : https://fr.wikipedia.org/wiki/Daan_Stuyven

lundi 14 mai 2018

"Les larmes forcément", Jean-Louis BARTALINI, roman

Pas de larmes, samedi après midi, mais plein d'amis au rendez-vous de la librairie le Cercle des Arts (rue Loubon à Aix-en-Provence), pour  accueillir la publication du roman de Jean-louis Bartalini.  Et, trois voix pour faire résonner les mots de son texte, en la présence d'Hélène Clémenson (comédienne), d'André Not (son éditeur, éditions d'A Côté), de Jessuhan Dine (le libraire).

De gauche à droite sur la photo, Hélène Clémenson, Jessuhan Dine, Jean-Louis Bartalini, André Not et Dominique Larrieu.

Un roman à la première personne,  autobiographique et qui, à la lecture, laisse bien entendre la voix de Jean-Louis Bartalini. Une écriture qui choisit un phrasé bref, pour lâcher ce qu'il y a à dire, d'un trait,  au galop, comme parlent ceux qui souvent restent silencieux. Se regarder avec amusement,  un petit sourire au coin des lèvres, comme avec le perpétuel étonnement de celui qui  prend la vie avec humour, et s'observe depuis la marge. 
 

Une autobiographie, mais aussi un  roman, qui prend de la distance avec la réalité en nommant le personnage principal  Lucas.  Ainsi vérité et  fiction  accommodent les souvenirs pour le plaisir évident de les conter, de les écrire.  La vie est un roman, semble nous dire Jean-Louis Bartalini, écoutez comment j'ai envie de la dire ... et de phrase en phrase, d'aventure en aventure, le récit prend ses distances avec le réel pour plonger parfois dans un fantastique proche de la rêverie  surréaliste. 
"C'est l'histoire de Lucas ...
Il a vingt ans Lucas, et il côtoie - avant même que le réel ne le submerge - des éléments d'irréalité: le vrai Père Noël dans son traîneau, des larmes qui jaillissent à profusion,  sa famille poissons, Adeline léchant les plaies du Christ... Et dans le même temps, le réel le bouscule, le malmène, le terrasse avec une sale histoire de poudre blanche, sa famille emportée par les eaux, ses amis, les immuables qu'il perd de vue, Adeline qui le quitte...
Son seul recours reste le rêve, le Merveilleux qui l'on veut. Il est à deux doigts d'y sombrer et s'il ne bascule pas, c'est qu'Alice surgit.
Ensemble, ils construiront une vie hors des sentiers battus. Une vie peu ordinaire." (JLB)
La troisième partie du roman est un hommage aux "136", les irréductibles de l'occupation du  du chantier naval de La Ciotat, ville natale de Jean-Louis Bartalini,  dont certains comptaient parmi ses amis d'enfance, ses copains de classe.
Un livre riche en émotions, en personnages et en voix  bien mises en valeur par la lecture polyphonique donnée, samedi après-midi, par les voix d'Hélène Clémenson, de Jessuhan Dine et d'André Not.
Dominique Larrieu (alias Alice dans le roman) était bien sûr présente et efficace, comme on la connaît, pour illuminer la fête de son indispensable étincelle.


Le roman est publié aux éditions d'A Côté, une petite maison d'édition aixoise qui n'a que trois ans d'existence et déjà neuf titres au catalogue. André Not est le président de cette maison d'édition associative.http://www.net1901.org/association/LES-EDITIONS-DA-COTE,1358785.html


On peut se  procurer le roman Les Larmes forcément, à la librairie Rue Loubon, ou auprès de l'éditeur, pour 12 €.

Le Cercle des Arts, est une librairie originale,  rue Loubon, ouverte à Aix depuis plus de quatre ans.  Elle propose un beau rayon de livres pour enfants. Du côté des adultes, elle est  spécialisée dans les beaux livres d'arts. Elle entretient un partenariat avec le Festival d'Art Lyrique d'Aix, le Siam (festival des arts en mouvement), les cinémas et propose une fois par mois une soirée courts-métrages... (et ce n'est pas exhaustif !  il faut prendre contact avec la librairie)
Plus d'infos sur la librairie :   https://lecercledesarts.jimdo.com/
https://www.facebook.com/lecercledesarts/

Jean-Louis Bartalini est auteur, compositeur, interprète, il s'est jadis aventuré dans l'écriture de poèmes, de scénarii et la réalisation de courts-métrages. Il s'adonne également à l'art contemporain, entre Art Brut et Art Naïf ... et à l'écriture romanesque, avec ce  premier livre.
https://www.youtube.com/channel/UCbxoPrmp7czrmLnaX2ACcig




"Le soleil noir", Barbara

[...]
Oh, que j'aurais voulu vous ramener ce soir
Des mers en furie, des musiques barbares
Des chants heureux, des rires qui résonnent bizarres
[...]


"Le soleil noir", Le soleil noir (album), 1968

"La solitude", Barbara

Je l'ai trouvée devant ma porte
Un jour que je rentrais chez moi
[...]

"La solitude", Le mal de vivre (album), 1964

"Pierre", Barbara, 1964

Il pleut
Il pleut
Sur les jardins alanguis
Sur les roses de la nuit
Il pleut des larmes de pluie
[...]

"Pierre", Barbara chante Barbara (album), 1964

mardi 8 mai 2018

Aller chercher le printemps

et le photographier, comme s'il pouvait durer plus longtemps que ne dure un printemps...