lundi 25 mai 2015

Paul-Jean Toulet, "Dans Arles où sont les Alyscamps"



Dans Arles où sont les Alyscamps,
Quand l'ombre est rouge, sous les roses,
Et clair le temps,

Prends garde à la douceur des choses.
Lorsque tu sens battre sans cause
Ton cœur trop lourd,

Et que se taisent les colombes :
Parle tout bas, si c'est d'amour,
Au bord des tombes.



Paul-Jean Toulet  ( 1895 - 1920)



Un poème que j'ai eu envie de citer dans son intégralité pour rendre hommage à ce poète ...
La citation telle qu'elle a été donnée dans un des messages à propos des "Amants arlésiens" : 
 Dans Arles où sont les Alyscamps
Prends garde à la douceur des choses
invitait  à la curiosité.  Ce poème pourrait plaire à @EC, il n'est pas sans résonance avec son aphorisme. Et, merci à P-J T.






dimanche 24 mai 2015

les amants arlésiens


 Une placette à l'écart des lieux fréquentés par les touristes ( que nous sommes). Nous y resterons une heure à nous dorer comme des lézards au soleil, abrités du mistral, sans en voir passer un seul. La vie du quartier nous est parvenue par bribes:  un aspirateur insistant, une porte qui s'ouvre une dame traverse la place et entre dans un autre immeuble, une jeune fille arrive d'un pas vif  pousse une porte s'engouffre le battant claque bruyamment,  une voix de femme appelle avec insistance un prénom et puis la voix s'éteint, quelques voix entonnent un couplet de joyeux anniversaire, un homme au pas tranquille alourdi d'ennui nous regarde avec curiosité, une femme nous salue, au bout de combien de temps devient-on un élément familier dans le paysage ?


Au bout de combien de temps découvrons-nous certains  détails du lieu ?  Un mascaron au-dessus d'une fenêtre représente un lézard sur une grappe de raisin, un autre trois épis de blé tête tournée vers le bas,  la pierre du banc est profondément gravée d'un F majuscule, les feuilles de l'arbre ne sont pas d'une couleur homogène les branches basses ont des feuilles d'un vert uniforme alors que les autres sont bicolores, blanches et vertes, le réverbère porte des traces de peinture jaune, sur un mur une inscription : "le baiser sur les lèvres a été inventé par les amants pour ne pas dire de bêtise".

Combien de temps pour oublier cet instant de vie qui un jour peut-être par le hasard d'un fait écho  ressurgira avec une précision étonnante ?

jeudi 21 mai 2015

dimanche 17 mai 2015

Le marché du livre ancien d'Aix est menacé

Le Canard Enchaîné du 13 mai 2015 relaie la menace qui pèse sur le marché du livre ancien d'Aix, depuis que la mairie aurait le projet  de le déplacer au profit des fleuristes.  Chaque premier dimanche du mois, le marché du livre ancien se tient place de la Mairie. Le marché aux fleurs se tient lui, les lundis, mercredis, vendredis et dimanches, sur la place du Palais de Justice ( mitoyenne de la place des Prêcheurs) et les autres jours, place de la Mairie.  Pendant la période où la place des Prêcheurs sera en travaux, les fleuristes ont demandé à voir le marché aux fleurs transféré place de la Mairie, même ce premier dimanche du mois, jusqu'alors réservé aux libraires. Le marché aux livres serait quant à lui transféré ( d'après ce que j'ai entendu), sur la place devant l'ancienne université de Provence, actuel institut de Sciences Politiques.  Mais la fréquentation n'est pas la même, cette place étant bien plus excentrée.  Le Canard rappelle que le marché aux livres occupe la place de la Mairie depuis dix-huit ans ... Cette décision met dos à dos deux professions qui ont certes chacune besoin d'exister et de gagner leur vie ... Cependant, on peut dire que cette proposition de la mairie ressemble beaucoup à l'adage "déshabiller Pierre pour habiller Paul" ... et contribuera à fragiliser les professionnels du livre.  La décision de la mairie est présentée comme un coup de force réussi de la part des fleuristes.  Ce qui est certain, c'est que nous n'avons pas envie de voir la situation des libraires menacée et  précarisée, on sait que l'équilibre est difficile !  Ce serait une atteinte de plus à une forme de la culture !  Je soutiens personnellement les libraires.

samedi 16 mai 2015

Caroline Dalla et Florence Laude, dédicacent à la librairie "A l'encre bleue"


Un tour du côté des petits ...
Pour découvrir les deux derniers albums à paraître ( le 4 juin)  aux éditions l'InitialeQui porte le chapeau ? d'Anne-Claire Lévêque et Caroline Dalla  et  Victor, Viens Voir ! de François David et Florence Laude, rendez-vous à  l'Estaque, jeudi 11 juin  à partir de 18h et jusqu'à 20h, à la librairie "A l'encre bleue".
Les illustratrices dédicaceront les albums.

Libraire A l'Encre Bleue
81 bd Chieusse
Marseille 16ème

jeudi 14 mai 2015

Dom Juan " The End", cinémascope

Dom Juan vu par la compagnie La Naïve, présenté au théâtre du Gypsis à Marseille en 2010.  J'avais manqué cette représentation l'hiver 2010 et je le regrette bien !  Le parallèle fait entre Dom Juan et la vie et la mort de Jim Morrison  est intéressant.

Ce lien vers un site où l'on propose de nombreux extraits d'autres mises en scènes de Dom Juan...  
http://video.najoomi.com/play/video/S0_9g_Kcf2U/dom-juan-the-end-cin%C3%A9mascope

vendredi 8 mai 2015

Spiritual, Johnny cash (cover Josh Haden)

Très beau morceau composé par Josh Haden ( fils de Charlie Haden), qui vaut bien de l'entendre dans diverses interprétations, et non des moindres.

Spiritual, Charlie Haden et Pat Metheny


Spiritual, soulsavers

vocals, Mark Lanegan

jeudi 7 mai 2015

Lionel Gabel, Jeune homme triste dans un train, Hommage à Marcel Duchamp

Lionel Gabel est un ami, artiste plasticien et musicien. Il partage sa musique sur soundcloud.
Il y a quatre mois il a mis en ligne ce morceau " Jeune homme triste dans un train, hommage à Marcel Duchamp". C'est un morceau qui me plaît. Pour l'écouter  il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous.
 https://soundcloud.com/search?q=Lionel%20Gabel