lundi 17 septembre 2018

"Nantes", Beirut

"Nantes", Beirut, album The Flying Club Cup, 2007


"Postcards from Italy", Beirut


"Postcards from Italy", Beirut, album Gulak Orkestar (2006), live 2015

"Happiness and joy", Troy Von Balthazar


Musique: Troy Von Balthazar, film d'animation Yannick Lecoeur. "Happiness and joy", album How to live on nothing sorti en septembre 2010.

samedi 8 septembre 2018

"Parce que", Daniel Darc, Bill Pritchard,


"Parce que", Daniel Darc, Bill Pritchard, album Parce Que, 1988  - Charles Aznavour

"Seras-tu encore là", Daniel Darc, Bill Pritchard


"Seras-tu encore là?", Daniel Darc, Bill Pritchard, album Parce-que, 1988

"Black is the color fo my true love's hair", Twillight singers


"Black is the color of my true love's hair", Twillight Singers,  album She loves you, 2003


"Black is the color of my true love's hair", Nina Simone


"Black is the color of my true love's hair", Nina Simone, 1959.  Nina Simone at Town Hall

Black is the color of my true love's hair
His face so soft and wondrous fair
The purest eyes
And strongest hands
I love the land on where he stands
I love the ground on where he stands

Black is the color of my true love's hair
Of my true love's hair
Of my true love's hair
[...]


This song was first heard in the US around 1915, and comes from a traditional scottish folk song. Should be about a girl waiting for her man to come back from the sea.  Read it there:  https://www.youtube.com/watch?v=BThH_-y3cb8

"Wayfaring stranger", Johnny Cash


Johnny Cash, "Wayfaring stranger", American III, Solitary man, 2000

I'm just a poor wayfaring stranger
Travelling through this world bellow
There is no sickness, no toil, nor danger
In that bright land to which I go

I'm going there to see my father
And all my loved ones who've gone on
I'm just going over Jordan
I'm just going over home

[...]

"Wayfaring stranger", Burl Ives


Burl Ives, "Wayfairing stranger", 1949, American spiritual (folk song)

vendredi 31 août 2018

Dans l'atelier de Pierre Vallauri, à Jouques


Fin juillet 2018, j’ai rendu visite à Pierre Vallauri, je souhaitais revoir  ses œuvres exposées dans une partie son atelier qu’il ouvre volontiers aux amateurs curieux, en dehors des journées du Patrimoine.  En 1981, il a acquis avec sa femme Lucy, une partie d’une magnifique demeure, un ancien moulin situé au bord du Réal, à Jouques, au nord-est d’Aix-en-Provence. Le lieu est assez vaste pour y vivre et  y avoir un atelier partagé en un espace de travail et un vaste showroom.


L’ensemble des pièces montrées révèle une œuvre foisonnante, abondante et variée dans les modes d’expression, travail de la laine, de la terre, de plusieurs types de papiers,  confection de boîtes, pour ne citer qu’un petit échantillon des thèmes qui ont intéressé Pierre Vallauri depuis l’aube de ses recherches graphiques et de ses collages dans les années 1966.   Avec le temps la direction du travail de l’artiste se déplace au gré de ses rencontres et coups de cœur pour l’œuvre d’autres artistes (j’y reviendrai), mais quelle que soit la période considérée, son travail est  décliné en  de multiples études, Pierre Vallauri semble poursuivre une idée en explorant son sujet dans plusieurs directions. On pourrait dire qu’il produit une collection d’œuvres, à l’instar de son goût personnel pour les collections d’objets  que l’on voit se mêler, dans son atelier, à ses propres œuvres. Il y a pour ainsi dire une continuité entre son goût de l’objet (utilitaire, décoratif ou ludique) unique  ou fabriqué en série et sa démarche d’artiste.  La curiosité de Pierre Vallauri nourrit sa gourmandise de découverte, la fertilité de  son imagination et la générosité de sa création. 



 Collectionner est lié au désir, une quête par essence  inépuisable.   Le fait de dénicher un nouvel objet  assouvit le désir, mais il propulse aussi le collectionneur vers la quête du prochain. De façon analogue,  dans l’acte de création, la réalisation d’une œuvre  fait parfois germer l’idée de l’œuvre suivante et conduit à la réalisation d’une série, terme employé avec précaution par les artistes parce qu’il vaut aussi pour les reproductions d’œuvres ou la production d’objets en masse qui sont  dépourvus d’une aura ( au sens où Walter Benjamin la définit), contrairement à l’œuvre d’art originale.  Concernant le travail de Pierrre Vallauri, on retiendra une inépuisable curiosité et une énergie créatrice généreuse nourrie des découvertes que lui inspirent la réalité matérielle du monde et les œuvres d’autres artistes qui lui donnent envie d’expérimenter et de créer. Avec l’œuvre de Pierre Vallauri, on est face à une œuvre hétérogène et multiple. On pourrait dire de lui ce que l’on a dit de Pablo Picasso,  qu’il s’inspire  du travail d’autres artistes, que c’est  une manière de leur rendre hommage et de nourrir sa propre création pour la faire évoluer et expérimenter. 






D’abord influencé par sa formation au dessin industriel, Pierre Vallauri  pratique   le tissage de la laine selon la technique de haute lice, à la suite  de voyages en Tunisie et en Algérie dans les années soixante-dix. Puis, au début des années quatre-vingts la rencontre de sculpteurs majeurs, à Aix-en-Provence, Jean Amado et Max Sauze dont il partage un temps l’atelier, le conduit presque naturellement à expérimenter dans leurs traces, la terre et même le béton, pour réaliser des sculptures. 
A partir de 1989, il crée une belle série de sculptures de corps féminins modelés en terre, dont certaines sont même fondues en bronze (fonderie Barthélémy à Crest , dans la Drôme).  Ses femmes adoptent les poses classiques que l’on rencontre souvent chez les modèles dans les ateliers où l’on dessine d’après modèle vivant mais Pierre Vallauri dépasse le modèle, il sculpte sa Vénus avec constance.  Elle est juchée sur des escarpins à talon qui la mettent sur un piédestal, elle a la cuisse ronde et les hanches larges,  elle expose sa nudité avec délice, savoure une féminité joueuse, déclinant pose après pose, les pas d’une parade amoureuse, elle se sait irrésistible dans sa coquetterie sans fard. Elle évoque bien « La Géante » qui inspire Charles Baudelaire.   
« Du temps que la Nature en sa verve puissante
Concevait chaque jour des enfants monstrueux,
J’eusse aimé vivre auprès d’une jeune géante,
Comme aux pieds d’une reine un chat voluptueux.

J’eusse aimé voir son corps fleurir avec son âme
Et grandir librement dans ces terribles jeux ;
Deviner si son cœur couvre une sombre flamme
Aux humides brouillards qui nagent dans ses yeux ;

Parcourir à loisir ses magnifiques formes ;
Ramper sur le versant de ses genoux énormes,
Et parfois en été, quand les soleils malsains,

Lasse, la font s’étendre à travers la campagne,
Dormir nonchalamment à l’ombre de ses seins,
Comme un hameau paisible au pied d’une montagne.»


                                               Charles Baudelaire, « La géante», Les fleurs du Mal, 1857




Plus tard, de 2004 à 2012, c’est en tant que directeur du musée d’art contemporain de Châteauneuf-le-Rouge, ARTEUM et commissaire d’exposition, qu’il s’intéresse de près à l’œuvre de nombreux artistes qu’il invite à exposer. Au cours de la préparation de l’exposition « Mises en boîtes » (9 mars, 16 avril 2011), il est profondément touché par les œuvres des artistes Paul Duchein, Jean-Michel Jaudel, Marc Giai-Miniet, Cathy Mouis, Ronan-Jim Sevellec, Pascal Verbena, Lucas Weinachter, Omar Youssoufi .  Il choisit comme citation, en exergue du catalogue, une phrase d’Albert Einstein : « Celui qui ne peut plus éprouver ni étonnement ni surprise est pour ainsi dire mort, ses yeux sont éteints ».  Lui, regarde avec tant d’enthousiasme que cela rejaillit sur sa pratique et le conduit à s’engager dans des recherches similaires. Il débute une série de boîtes, combinant de multiples objets dont le rapprochement est,  sinon « beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie », suivant la formule de Lautréamont réemployée par André Breton pour définir la beauté de l’œuvre surréaliste ; du moins  vecteur d’un discours visuel et poétique sur la vie, la mort, l’amour, les thèmes existentiels  qui préoccupent tout un chacun.  Pierre Vallauri les aborde avec humour, tendresse ou ironie, en faisant dialoguer des objets hétéroclites et triviaux malgré le « sérieux » des thèmes.   Rien de tel que se mettre soi-même en boîte pour ne pas se prendre au sérieux et surtout pour ne pas suffoquer … On obtient une qualité de comique rabelaisien, salvateur, où l’humain est aimé pour lui-même, sans arrogance, dans une certaine démesure de moyens contenus dans l’espace fini d’une boîte. C'est témoigner d'un appétit de vivre et avoir envers et contre tout un regard positif sur l'humain et le monde. C'est une forme d'humanisme que je reconnais chez Pierre Vallauri.  Il faut parfois pousser le trait pour être visible ou lisible et pour capter le spectateur saturé d’images dans la vie quotidienne.



La profusion, le débordement, mais aussi l’énergie positive et une attention au monde  animent la démarche de Pierre Vallauri. Il est curieux d'art, mais aussi averti de ce qui se passe dans le monde,  pour preuve un travail en cours dont il m’avait montré les esquisses lors de ma visite dans son atelier,  sous le titre explicite : REPARATION(S).   Aujourd’hui l’œuvre est terminée et figurera du 27 novembre au 2 décembre 2018, au « Cinéma Repaire Artistique » de Roquevaire, dans une exposition  proposée par Michèle Guérin.  Cette exposition doit s’appuyer sur une citation de Kader Attia, présente dans son exposition au Palais de Tokyo : « il s’agit de réfléchir ensemble à l’immense pouvoir de l’art dans un processus réparateur des faiblesses de ce monde ».  Pierre Vallauri  veut présenter la photo d’une rue de Damas détruite et en miroir cette même rue reconstruite d’après quelques restes.  Il utilise une photo de Karam Al Masri, un réfugié syrien avec lequel il est entré en contact et lui a donné autorisation de le faire. Ce travail est un tableau à double vision d’un côté Alep détruite et de l’autre Alep réparée. Est-ce se situer dans une vision utopiste du monde que d’en proposer une vision réparée ? C’est en tout cas aller dans le sens de la vie par l’action, même s’il avoue qu’une œuvre d’art n’a pas beaucoup de prise sur le monde, même si cela témoigne de l’atroce et du désir d’action pour finir la guerre et réparer la vie, cela reste, aujourd’hui encore de l’ordre du ré-enchantement du monde, plus que de la réalité.  Créer pour ne pas se résigner en projetant un avenir possible, même dans un champ de ruines.





Oeuvre de Pierre Vallauri, tableau en relief à vue double pour l'exposition REPARATION(S), d'après des photos de Karam Al Masri. (crédit pour ces photos: Pierre Vallauri)




En 2013 , à l’occasion du grand projet Marseille Provence 2013 (MP13) , Pierre Vallauri a travaillé en étroite collaboration avec Corinne Theret ( Galerie du Lézard), Vincent Bercker ( Galerie Vincent Bercker) et bien d’autres galeries rassemblées autour duGUDGI, pour une suite d’expositions sur l’art du papier, intitulée  PAPER ART PROJECT. Une fois encore, la fréquentation des artistes invités et de leurs œuvres, a stimulé le travail de Pierre Vallauri. Le papier est un médium avec lequel il travaille depuis quatre ans environ, multipliant les  expositions collectives (Ninon Anger, Nicole Arsénian, Raymond Galle, Isabelle G. Nathan, Odile Xaxa) sous le titre « Cent papiers plus ou moins ». Son travail autour du papier explore les objets usuels, en l’occurrence les filtres à café usagés, cherchant par l’accumulation  à  brouiller la reconnaissance de la forme de l’objet,  à s’éloigner de son usage pour donner un supplément de beauté au rebus et faire porter sur lui un autre regard.  Le rebus, le déchet, devient matière première et se découvre un potentiel esthétique.  Plus il y a accumulation d’objets, moins on les voit en tant qu’objet.  La multiplication de l’objet réel contribue paradoxalement à lui ôter une part de sa réalité, il ne renvoie plus qu’à lui-même, une forme, une matière, une couleur en perdant sa fonctionnalité et son utilité. C’est alors qu’il devient objet d’art.   Pierre Vallauri  découpe, plie,  brûle des formes géométriques dans les grandes feuilles de papier, ces œuvres le plus souvent non figuratives jouent de la répétition du motif sous des éclairages particuliers. Les possibilités sont infinies et les études abondent. Le résultat est plus géométrique, plus élaboré, puisque le support papier est travaillé, altéré dans sa forme.  La démarche de création est en cela différente, elle est davantage jeu mental, habileté manuelle, recherche esthétique d’une forme, parfois d’un message positif : « YES ».   Enfin une œuvre de grande taille, m’a tout de suite intriguée en entrant dans l’atelier, un grand volume blanc, carré, divisé en cellules  plus petites, remplies de feuilles de papier blanc écru, roulées en volutes, comme le sont les paperolles. Elles dessinent des arabesques et jouent avec l’angle de vue qui fait évoluer la vision des pleins et des vides et la couleur des feuilles qui adoptent une infinité de nuances de blanc. Au premier abord j’y ai vu une accumulation de  messages, la feuille de papier blanc évoquant pour moi la lettre ou le manuscrit et j’ai pensé au mur des lamentations à Jérusalem… mais c’est très subjectif et il n’est pas nécessaire de trouver un équivalent dans la réalité du monde à une telle œuvre, plastiquement intéressante. Les jeux de formes et de lumières sont captivants. 





 Mon amitié avec Pierre Vallauri, remonte à l’époque où j’ai rejoint l’association Perspectives (2008), un groupement d’artistes aixois, il en avait été le président de 1982 à 1997 et était encore le président du MAC ARTEUM (musée d’art contemporain à Châteauneuf-le-Rouge) et dans le cadre de cette fonction, il m’avait confié la rédaction d’articles pour les catalogues des expositions « Suite arlésienne » (octobre-novembre 2011) et « Traits intimes » (novembre-décembre 2012). La préparation de ces articles nous avait conduits à visiter ensemble  plusieurs ateliers d’artistes arlésiens, Gabriel Delprat, Gérard Eppelé, Doris Salomon la compagne d’Heribert Maria Staub,Xavier Spatafora pour la préparation de « Suite arlésienne ». Ensuite,  Sophie de Garam, Catherine Duchêne, Denise Fernandez-Grundman, Kamel Khélif, Alain Puech, Pierre Salvan  pour l’exposition de dessins « Traits intimes » et j’ai gardé de ces moments de découverte  un excellent souvenir qui a scellé notre amitié.  Pierre Vallauri fait partie des artistes aixois (même s’il n’est pas exactement aixois), nègreliens (c’est ainsi que se nomment les habitants de Châteauneuf-le-Rouge), marseillais  etc…  qui comptent et qui ont été très actifs depuis la fin des années soixante. 


 Inéluctablement, le temps passe, les décès, la fermeture de plusieurs galeries (dont la Galerie Alain Paire), les mutations et changements politiques, font évoluer ce paysage humain.  Il est inutile d’être nostalgique, mais c’est inévitable aussi et pour cela un hommage et un témoignage amicaux me semblent avoir tout leur sens.  J’admire l’enthousiasme, la curiosité et l’énergie créatrice qui  animent Pierre Vallauri et je lui souhaite un beau succès pour l’exposition REPARATION(S),  au Repaire de Roquevaire. Qu'il poursuive encore longtemps à livrer des oeuvres généreuses qui sont sa manière d'être dans le monde,  un passeur (pour reprendre  un titre utilisé par le galeriste Patrick Bartoli) et un artiste de son temps. 

Florence Laude, août 2018.

Quelques liens utiles :

Pierre Vallauri
Le Pey Gros, 501 Route des Estrets
13490 JOUQUES
06 73 88 14 18
Les sites et les blogs de Pierre Vallauri
https://www.pierrevallauri.com/

http://enquetedimages.blogspot.com/

https://enquetediamges.blogspot.com/

http://vallauri.pagesperso-orange.fr/cv.html

https://www.galeriedulezard.com/pierre-vallauri

Autres articles sur ce blog et ailleurs:
https://imagesentete.blogspot.com/2013/12/pierre-vallauri-puzzle-papiers-galerie.html

https://imagesentete.blogspot.com/2011/07/pierre-vallauri-expose-la-galerie-de.html

Galeries et Musée
Galerie du Lézard, de Corinne Theret:   https://www.galeriedulezard.com/
Galerie Vincent Bercker : https://www.facebook.com/GALERIE-VINCENT-BERCKER-195972043772781/


Association PERSPECTIVES : https://perspectives13artcontemporain.blogspot.com/
                                                   https://www.facebook.com/people/Perspectives-Art-Contemporain/100011197427535