mardi 19 juillet 2016

L'Autofictif, Eric Chevillard

à signaler, ce blog d'Eric Chevillard
dans lequel il publie quotidiennement (depuis le 18 septembre 2007 ) trois petits billets de quelques lignes "quelque chose entre le fictif et l'autofictionnel"

blog à trouver ici : http://autofictif.blogspot.fr/
et un site: http://www.eric-chevillard.net/

(via le site La main de Singe, de Louis Watt-Owen)

vendredi 15 juillet 2016

14 juillet à Nice ..... liberté, égalité, fraternité en deuil

Tristesse, effroi, fraternité face au carnage à Nice

 Henri Matisse, "la chute d'Icare", 1943

dimanche 10 juillet 2016

Baudelaire, "L'horloge", Les Fleurs du Mal, 1857

Par association d'idées avec la musique du morceau publié juste avant ...

L'horloge

Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit : " Souviens-toi !
Les vibrantes Douleurs dans ton coeur plein d'effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible,

Le plaisir vaporeux fuira vers l'horizon
Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison.

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote : Souviens-toi ! - Rapide, avec sa voix
D'insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,
Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !

Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor !
(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or !

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c'est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.

Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard,
Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le repentir même (oh ! la dernière auberge !),
Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! il est trop tard ! "


Nick Cave, Wide lovely eyes / Push the sky away



Voilà déjà un bon moment que les cigales ont repris leur chant strident et régulier de métronome affolé. Une horloge en avance sur le temps dont on ne peut pas arrêter le balancier pour la faire taire. A l'instant où j'écris, la fenêtre est ouverte sur leurs cris. Ce matin déjà, le long des routes, tapies dans les pins elles ont  accompagné de leur grincement ma balade en vélo autour du massif de la Sainte Victoire et je me suis rappelé qu'à l'écoute de l'album Push the sky away de Nick Cave (2013), j'avais été intriguée par le son étrangement analogue de ce morceau ... mais peut-être bien que le soleil et la chaleur se moquent de moi et que je délire grave !

mercredi 6 juillet 2016

Bob Dylan, Love minus zero, 1965

5 juillet 1965
(bootleg)

Bob Dylan, One more cup of coffee for the road - 1975

Album Desire, 1975


Your breath is sweet
Your eyes are like two jewels in the sky
Your back is straight your hair is smooth
On the pillow where you lie
But I don't sense affection
No gratitude or love
Your loyalty is not to me
But to the stars above

One more cup of coffee for the road
One more cup of coffee 'fore I go.
To the valley below.
[...]

Bob Dylan, Hurricane

from the album Desire 1975


Ah! c'est avec cet album que m'avait offert mon oncle pour mon anniversaire que je suis passée du rock français à tout autre chose !  J'en connaissais toutes les chansons par coeur ... mais je ne comprenais pas tout ... la traduction littérale dont j'étais capable à l'époque  me laissait parfois très perplexe !