lundi 16 janvier 2017

Nina Simone - Because the king of love is dead

Un hommage à Martin Luther King (Atlanta, 15 janvier 1929 - Memphis, 4 avril 1968)
Enregistré à Stockholm en 1968

Atlanta

lundi 9 janvier 2017

David Bowie, No plan

Un inédit de David Bowie un an après sa disparition ... un signe, comme une présence, toujours

lundi 2 janvier 2017

Bonne année 2017 !

Campagne (élections obligent) pour tout le monde, et Coca pour les autres !


"Que ne durent que les moments doux" (1) ...
Hier, c'était 
"Champagne pour tout le monde et Caviar pour les autres"  (2)
On est (déjà) un lendemain de fête ...
 Je n'ai aucun don pour deviner l'avenir
Aucun pouvoir surnaturel
Alors, Vive la vie !
"Que ne durent que les moments doux" ...

(2) Higelin, "Champagne", album Champagne pour tout le monde et Caviar pour les autres - 1979
   (1) Alain Bashung, "Osez Joséphine", Osez Joséphine - 1991

samedi 31 décembre 2016

Pensées

Ces fleurs me plaisent car même en pot et attachées, elles gardent un air sauvage et vagabond...


dimanche 25 décembre 2016

Georges Guye - autoportraits sculptés : le triptyque et l'homme au manteau

De retour dans l'atelier marseillais de Georges Guye j'ai découvert deux nouvelles sculptures complétant l'autoportrait en pied, échelle 1 à propos duquel j'ai  publié un article  dans ce blog, en juin dernier : 
 Georges Guye m'avait confié qu'il envisageait de compléter cet autoportrait. L'idée lui était venue, pour ainsi dire chemin faisant, au moment où il s'était rendu compte que les proportions du socle prévu pour la sculpture, agrandi de l'échelle 1/3 à l'échelle 1, ne convenaient plus. Il réalisa un autre socle et entreprit de transformer le premier en sculpture autonome, à la manière d'un repentir en peinture.  Il décida d'utiliser cette erreur pour en faire un nouvel objet artistique en lui apportant une profonde modification.  Enfin, il imagina que l'autoportrait deviendrait l'une des trois pièces d'un triptyque comportant en outre une scène avec table de bistrot et  tasse de café et une autre scène de plage montrant les empreintes de pieds d'un baigneur sur le sable.

Autoportrait en plâtre à l'échelle 1 -  hauteur environ 180 cm. Georges Guye s'est représenté en maillot de bain, les deux pieds posés sur le sable, face à la mer, le regard porté sur l'horizon. Il est à hauteur d'homme, dans une pose humble quoiqu'un peu déstabilisante pour celui qui le regarde, parce qu'il s'y livre dans la vérité de la nature *. ll dévoile une intimité sous laquelle on ne le voit jamais et,  pour cette raison,  très significative d'une démarche personnelle et artistique.  Je vous invite, si vous le souhaitez, à lire  mon article du mois de juin dans lequel je proposais quelques éléments de réflexion sur cette sculpture.

*incipit des Confessions, J.J. Rousseau, 1789

 

Le socle transformé est devenu  une sculpture basse figurant une portion de rivage où la vague s'étire sur le sable.  A proximité de l'eau,  sont soigneusement rangées des sandales de plage en plastique translucide, appelées "méduses" et une serviette de bain pliée. De l'homme parti se baigner ne reste gravée dans le sable que l'empreinte de ses pieds.

Georges Guye dit malicieusement que dans les années quatre-vingts, l'artiste Marie Ducaté  raffolait des sandales méduses et aimait à les porter,  même à la ville. Cette remarque à propos de Marie Ducaté m'incite à croire que tout ce qui est représenté dans ce triptyque par Georges Guye renvoie à lui-même (autoportrait), mais aussi à toute son oeuvre et à la période de l'Histoire de l'Art, dans laquelle il s'inscrit avec les autres artistes de sa génération, en particulier ceux de la région marseillaise. 

Cette stèle montre l'absence. L'homme est parti, il s'est enfoncé dans la mer. Est-ce pour la durée d'un bain ?  Est-ce définitif ? La disposition  des objets, laisse penser que cet homme est très méticuleux, ou qu'il a  mis  ses affaires  en ordre en prévision du  grand départ. Dans la mythologie, le Styx est le fleuve qui sépare le monde des vivants de celui des morts, qui le traverse rejoint l'autre monde. D'ailleurs, nombreuses sont les religions qui associent l'eau à la mort.  Matrice originelle, elle intervient aussi dans les rites de purification et le lavage du corps. En outre, chez les chrétiens, l'immersion est un des rituels du baptême,  symbole de mort et de renaissance. Je ne peux m'empêcher d'y penser en mettant en relation l'autoportrait et la stèle, la dimension métaphysique et spirituelle du triptyque est sensible.

Avec cette sculpture Georges Guye revisite son oeuvre. La manière dont  l'eau s'étale en éventail sur  le sable renvoie dans son traitement plastique, à une autre de ses sculptures, un grand panneau mural qui représente un paysage, avec au devant le bras d'un randonneur  (voir la photo de ce paysage en fin d'article).  Le socle procède  de l'auto-citation, la serviette pliée qui complète la composition apporte une note colorée du même effet que les bonbons en relief sur le caleçon de bain. Le sable de la plage renvoie au sablier mesurant le temps qui passe et la brièveté de la vie. Il en est de même pour le matériau choisi pour la sculpture, le plâtre blanc, fragile et délicat en comparaison du bronze, mais très souvent utilisé par le sculpteur, de même que la résine.



Chemin faisant, encore, Georges Guye a pensé à cette troisième pièce.  Une  table de bistrot, tout ce qu'il y a de plus typique, sur laquelle un avant bras s'accoude dans le geste que l'on fait en portant à ses lèvres une tasse de café. Un croissant frais qui sera mangé dans un instant complète la scène. Moins énigmatique que la sculpture précédente, elle dit l'habitude de prendre un petit café accompagné d'un croissant, après la baignade matinale.

Cette scène est comparable à un de ces petits plaisirs qui enchantent Amélie, le personnage du Fabuleux destin d'Amélie Poulain, film de Jean-Pierre Jeunet sorti en 2001. Elle pourrait également illustrer  le livre de Philippe Delerm, La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, Gallimard, l'Arpenteur, 1997 . Je vous recommande de cliquer sur   "Le croissant du trottoir"  pour lire le texte.

Georges Guye  sculpte l'instant comme un photographe appuie sur le déclencheur.  La tasse de café, le petit noir au comptoir ou en salle,  est un motif contemporain souvent photographié. Deux exemples, Coffee Shop in N.Y. de Saul Leiter en 1950 et un portrait de Giacometti au café de Paris, par Robert Doisneau en 1956.

Saul Leiter - 1950
Giacometti - Doisneau- 1956                

Pour l'anecdote, quand j'ai vu cette sculpture, j'ai offert à Georges Guye le dernier livre de Patti Smith, M. Train  (Gallimard, 2016),  dont un des motifs d'écriture explore le  plaisir de boire un café chaque matin  au 'Ino, un café  de Greenwich Village, à New-York. Ce livre autobiographique, remarquablement écrit qui s'inspire de l'univers rimbaldien,  est  qualifié par l'artiste de "carte de mon existence".  La photo de couverture montre Patti Smith dans une attitude similaire à la pose de Giacometti. Le surgissement du bras replié, la tasse de café , la table sont des éléments communs aux deux photos et à la sculpture de Georges Guye.  J'y vois quelques éléments d'une Vanité, les autres étant apportés par les deux autres sculptures du triptyque, à la fois évocation de la vie, de ce qui en compose les plaisirs et une méditation sur la mort (déjà évoquée).


Pour saisir ce que raconte la scène composée par les trois sculptures, il faut les placer dans l'ordre suivant  (indication donnée par Georges Guye):






Les trois éléments sculptés fonctionnent narrativement comme un strip  BD. L'homme qui regarde la mer songe, peut-être pour se donner du courage avant de plonger dans l'eau froide, au petit café qu'il prendra, comme à son habitude, après le bain de mer matinal. George Guye m'a d'ailleurs fait remarquer que la sculpture comportant la tasse de café n'est pas à l'échelle 1 mais sensiblement plus petite que nature, pour signifier qu'elle ne renvoie pas à la réalité, mais à une image mentale. La première et la troisième pièce sont saisies d'un point de vue externe alors que la seconde l'est du point de vue (interne) du baigneur.

Le triptyque
Ci-dessus un  dessin que j'ai fait  pour expliciter cette question de point de vue et le rapprochement du triptyque  avec un strip BD.

Tout récemment, Georges Guye a réalisé un autre autoportrait au chapeau et au manteau. Ici, quelques photos de la maquette au 1/8ème, celle grandeur nature étant en cours de réalisation. La posture est sensiblement la même que celle de l'homme au maillot de bain, sauf pour les bras dépliés et les mains jointes.  Contraste saisissant dans un face à face entre l'autoportrait dévêtu et celui-ci où le corps est presque entièrement couvert de la tête aux pieds. Le chapeau et le manteau ressemblent vraiment à ceux portés par le sculpteur dans la vie courante. L'effet de mimèsis est recherché, d'ailleurs le manteau sera coloré et sa texture travaillée pour donner l'effet voulu. C'est cela aussi qui intéresse Georges Guye du point de vue technique.   Je sais que le titre choisi par Georges Guye ne fait pas l'unanimité auprès de ses amis, de mémoire je cite : moi dans le manteau que je porterai sur mon lit de mort.  Je ne sais pas s'il faut  préférer les euphémismes... ?

 Il est temps de publier cet article. J'attendrai  la réalisation définitive de ce dernier autoportrait pour le commenter de façon plus complète.
F.L.




Paysage avec une main tenant un bâton.


On peut lire d’autres articles en cliquant sur les liens ci-dessous :
 7 mai 2011, visite d'atelier:
et les photos:
à Propos du SM'Art, 3-6 juin 2011:
Vip art Galerie ( Marseille) 2012:
Visite d'atelier, octobre 2014:
Le suaire de Sainte-Victoire:
et aussi :

c'est un matin à écouter Nick Cave, un peu, beaucoup ...

c'est ma fille Clara qui a mis un album et ça tourne encore ... par exemple, The boatman's call, No more Shall we part, Let love in ... and on, and on ....

lundi 19 décembre 2016

#withSyria - Film d'animation de Banksy sur la guerre en Syrie - mars 2014





Film réalisé par Banksy à l'occasion du troisième anniversaire du début de la guerre en Syrie, c'était en mars 2014.
Il y a deux ans, ce film pouvait (voulait ?) porter l'espoir de la fin du massacre. Malheureusement, les derniers mois ont vu arriver le pire et les images se voient comme un immense assassinat de la population civile. Peine, compassion et colère. 

Documentaire sur le street artist  Banksy en  2011

dimanche 11 décembre 2016

Vernissage exposition Fernando Galvez au Moulin de la Roque

Jeudi 8 décembre au Moulin de la Roque, une belle soirée de vernissage pour la présentation des peintures récentes de Fernando Galvez, un peintre installé à Toulon, et par ailleurs professeur à l'école des Beaux-Arts.

Le Moulin de la Roque est  situé à la Cadière d'Azur dans un ancien moulin à blé. Cette cave est destinée à l'élevage des vins de Bandol des caves de Saint Cyr, Sanary sur Mer et la Cadière.  Le Moulin a l'habitude d'accueillir des expositions d'art, associant comme dans beaucoup de domaines de la région, les arts et le vin.  On trouve toutes les indications à propos de cette cave qui fonctionne comme une association de vignerons sur ce site:
On peut voir les peintures aux heures d'ouverture de la cave du lundi au samedi de 9h30 à 19h30 et le dimanche de 10h à 13h



Fernando Galvez a choisi de présenter un ensemble  de toiles réalisées ces derniers mois, quatre grands  formats (186 x 200 cm) et  des moyens formats (100 x 100cm). Ces peintures abstraites sont composées autour de formes géométriques simples, des quadrilatères réguliers de tailles variables qui morcellent la surface de la toile, mais qui s'impriment aussi dans la profondeur de la matière, en reliefs et en creux. En effet, de fines lignes en relief dessinent une trame qui accroche la lumière. Ce relief donne du corps à la toile qui ressemble à une peau ou à une matière tissée. Cela évoque aussi les moucharabiés (structure ajourée qui  fait écran d'un côté mais qui une fois que l'on passe de l'autre côté permet de voir à travers sans être vu),  motifs récurrents dans l'oeuvre de Fernando Galvez, ces dernières années. 

 Il se dégage des toiles une impression de stabilité et de plénitude. Pourtant le foisonnement des couleurs sature l'espace et l'anime, elles semblent jouer à se bousculer et à se chevaucher comme des enfants espiègles. Les rencontres entre les teintes provoquent tous les accords et les désaccords possibles,  cela génère des tensions, mais à l'échelle de la toile elles finissent par s'équilibrer et à former une harmonie, une vivante quiétude.


200 x 186  cm


La trame de fond, en relief est comme une structure intemporelle qui sous-tendrait l'univers, alors que les formes colorées, plus immédiates  affleurent à la surface, dans l'immanence du moment présent mis en lumière. Je sais que Fernando Galvez cite souvent Giorgio Morandi pour l'opiniâtreté avec laquelle il a peint des natures mortes, jouant avec des choses simples et quotidiennes, dans une apparente économie de moyens. Néanmoins, ses peintures éveillent des émotions variées, d'une nature qui semble universelle et inaltérable.    


200 x 186 cm


La couleur est, ici, travaillée en glacis, technique héritée de la Renaissance, qui consiste à superposer de fines couches de peinture, en jouant sur leur transparence. Chaque couche se superposant à la précédente n'oublie pas celle qui la précède, elle n'efface pas ce qui a été, mais par transparence la métamorphose.  C'est une manière vivante d'élaborer la couleur qui conçoit que le monde est en perpétuelle mutation et transformation.

F. L.

On pourra lire des articles antérieurs publiés sur ce blog pour connaître d'autres aspects de la peinture de Fernando Galvez, ainsi que des éléments biographiques.

http://imagesentete.blogspot.fr/2016/03/fernando-galvez-la-maison-du-cygne-six.html

http://imagesentete.blogspot.fr/2016/03/fernando-galvez-peintre-exposition-au.html 

le site de l'artiste:  http://www.fernando-galvez.fr/

200 x 186 cm

Mark Lanegan, reaching for the moon

Enregistré à KEXP, Seattle en juillet 2014 - un morceau de Irvin Berlin (1930). Magnifique interprétation de mark Lanegan sur une mélodie délicatement envoûtante. Guitares:  Jeff Fielder  et Johnny Sangster 

j'ai trouvé cet enregistrement (intéressant) de Frank Ferera datant de 1930


Si on veut écouter l'intégralité de l'enregistrement à KEXP (que des bons morceaux : Judgement time, The cherry tree carol, I am the Wolf) il faut aller par là https://www.youtube.com/watch?v=TwKzkAYZtCE