lundi 3 septembre 2012

strip tease

Dessins, Florence Laude. Encres sur papier, A3, 30x43



Voici le lieu du morne et de l'enroulé et de la reprise indéfinie.


Une femme retire une chemise, qui laisse voir une autre chemise, qu'elle retire, qui laisse voir une autre chemise qu'elle retire, qui laisse voir une autre chemise qu'elle retire, qui laisse voir une autre chemise, et le repos de la nudité n'arrive jamais .  



Henri Michaux
La vie dans les plis

nrf
poésie/Gallimard
p. 191

2 commentaires:

pierre vallauri a dit…

Du texte à l'image (Une sorte de gravure/écriture ou de transfert?)qui se dévoile avec lenteur jusqu'au repos de la nudité suggérée ...souhaitable tout de même pour oublier la mélancolie d'"une vie dans les plis" recueil de poèmes que je ne connais pas.

flo a dit…

Effectivement, ce texte, comme tout le recueil de poèmes, "La vie dans les plis", est sombre, torturé, souffrant.
Michaux a également écrit "Plume", qui est plus "léger" (facile), de facture surréaliste.

J'ai travaillé avec des encres pour monotype, mais la manière de faire est "inventée".