mercredi 19 octobre 2016

Perspectives, "Fais-moi un signe", Vernissage au Château de Peyrolles, 19 octobre 2016

Ce soir plus d'images que de textes pour évoquer le vernissage de l'exposition FAIS MOI UN SIGNE, au Château de Peyrolles.  
Jusqu'au 25 octobre on peut voir les propositions des  32 artistes  qui ont travaillé sur le thème imposé. 
Ouverture du lundi au vendredi, de 10h à 12h et de 14h à 17h, dans le grand hall du Château. 

Sincères remerciements à la mairie de Peyrolles pour nous accueillir dans cet espace magnifique !  à tous les amis qui ont aidé à la mise en place de cette exposition et au public chaleureux et nombreux qui nous a fait l'honneur de sa présence hier soir...

 Discours d'inauguration en présence du maire de Peyrolles, Olivier Fregeac et de la présidente de Perspectives, Jeanine Mège-Morin.



 Des oeuvres de Jane Deste, "...juste un signe", tiges de saule, papier calque et matériaux divers , Maïlys Girodon , "Traces", sérigraphie sur drap  et Pierre Vallauri, "La bonne direction...si possible", cartons, cartes, leds
 Gravure de Gilles Schneider, "signes musicaux", gravure
 Guillaume Blanche, "Tangram - Logo"


 Odile Xaxa, "D'ombres" livre brodé


 Michèle Sharma, "Ponts suspendus"

 Claude Bernus, "Quelques esquisses pour Dalou"

Yann Le Goff, "0678845849", phographisme
Méliné Seghomonian, "Mémoires et réparation" 


 Bernard Peltier 


Alain Lioret 
L. Rivoal

 Jean-Luc Bibolini  - "Réveillez-vous"
Laurette Bosco et Gérard Rocherieux - "Sans titre (la vie) 10- 2016 "
 Raymond Gall, "départs" fusain  et "La population terrorisée ..." huile sur papier d'affiche
 Raphaël Morin - "Le dessous des cartes", série de 24 arcanes du tarot de Marseille, ici  "le pendu"

 Raphaël Morin " le dessous des cartes",  l'arcane sans nom (la mort)

JB Assey " le duel des Signes",


 Delphine Moniez - sans titre

 Marie-Christine Rabier 

 Pierre Paindessous ( c'est le mot liberté en langage des signes ...)

 Ninon Anger 

 Marcelle Benhamou

Bernard Deschanel, "Fais moi un Cygne"





Sylvie Laurens , "L 'île d'Alcina"
 
 Cagliari (sur socle) et vidéo Jordi Gleizes et Jean-Marie Gleizes

 Florence Laude, "Fais-moi un signe, sans sous-titre" 


Livres noirs  dans la montée d'escalier, Viviane Jouvenot, "Fais moi un signe" 

Dominique Lepage, 8 photos, "Idéal animal" 

Je m'excuse auprès des artistes dont les oeuvres n'apparaissent pas ... je complèterai si j'en ai la possibilité. De même il me faut encore ajouter certains noms d'artistes  et titres d'oeuvres manquants. 
 Pour plus d'informations sur PERSPECTIVES il faut aller sur le blog de l'asso ICI 

Pour répondre à la suggestion de Pierre Vallauri, on peut  lire un article que j'avais écrit (au mois d'août) sur "Fais-moi un signe", qui proposait une réflexion très personnelle sur les oeuvres d'autres artistes que j'associais librement à ce thème ... Stéphane Blanquet, Agnès Varda, Niki de Saint Phalle et  quelques Surréalistes : http://imagesentete.blogspot.fr/2016/08/fais-moi-un-signe.html


2 commentaires:

pierre vallauri a dit…

Merci (à nouveau) Florence pour ces images qui immortaliseront ce beau vernissage. Si la lumière éclairant certains des travaux n'était pas au top, l'ambiance chaleureuse et conviviale ( à nouveau), qui fait signe,dans ces moments là était au RDV.
Je renverrais aussi le lecteur de ce commentaire et de cet article au précédent article du 4 aout 2016 où (à nouveau) tu nous donnes une approche, une analyse très interessante de la thématique : "Fais moi un signe".

flo laude a dit…

Je voudrais faire apparaître ici le commentaire que j'ai reçu d'un ami car il concerne les oeuvres de plusieurs artistes, notamment le travail de Raymon Galle, invité d'honneur de cette exposition.
Le texte qui suit est donc de Pierre-Jean Dessertine, auteur (entre autres) du blog "l'Anti-somnambulique" auquel il nous renvoie:
"Dans "fais-moi un signe", c'est le désir de recevoir un signe humain plutôt que le contenu du signe qui compte

On retrouve dans plusieurs œuvres le grand besoin de signe contemporain : "Fais-moi un signe qui redonne confiance en l'avenir", mais aussi "Qui me fera signe que je suis bienvenu ?" (Du traitement de l’exilé comme migrant):

> "Tea-Bag resta longtemps ainsi sans bouger, assise sur le lit de camp, les pieds par terre, le temps que la force se présente et l'emplisse, la force de traverser une journée de plus dans ce camp rempli de gens obligés de nier leur identité et qui passaient leur temps à guetter, contre toute évidence, un signe qu'ils étaient les bienvenus quelque part dans le monde."
>
> Henning Mankell (1948-2015), Tea-Bag
C'est pourquoi j'ai été très touché par les deux tableaux, très justes, de Raymond Galle, en particulier par "le départ", mais aussi par ta construction de cages à papillons (à "effet papillon" inversé !) si sensibles - et aussi collectivement - aux mouvements de l'atmosphère. Ces œuvres ne mettent pas en scène une réponse à l'injonction "Fais-moi un signe !", mais le caractère global, dans ce monde où l'humain est tellement fragilisé par l'atomisation et les déracinements, de l'injonction elle-même." (Pierre-Jean Dessertine)
On trouve le Blog de Pierre-Jean Dessertine et l'article "Du traitement de l'exilé comme migrant" en cliquant sur un des liens de la liste à droite de ma page d'accueil du blog "images en tête".